Système air-eau ou géothermique : Quelle PAC est la plus intéressante ?

Effectuer un comparatif entre une pompe à chaleur aérothermique et un type géothermique est une initiative intelligente pour s’épargner d’un investissement inutile. Le point commun à ces deux thermopompes repose dans le fait qu’elles intègrent le programme d’exploitation de l’énergie renouvelable initié par l’État français. Elles présentent des atouts différents à découvrir, mais le fond de la comparaison doit permettre de déduire les éventuelles contraintes à l’usage. Quelle pourrait être la plus intéressante, la PAC air-eau ou la PAC géothermique ?

Comment fonctionnent les PAC air-eau et la PAC géothermique ?

D’un point de vue environnemental, les systèmes aérothermique (air-eau en l’occurrence) et géothermique se servent tous les deux de l’énergie renouvelable pour générer de la chaleur. La PAC air-eau prélève les calories présentes dans l’air naturel, tandis que la PAC géothermique récupère celles dans le sol. La chaleur générée par ces deux types de thermopompe représente un avantage inépuisable pour les consommateurs. Que ce soit pour chauffer l’air intérieur, l’eau chaude sanitaire ou le plancher, les deux pompes à chaleur sont conçues pour fonctionner d’une manière sécurisée.

Cependant, pour la PAC air-eau, la diffusion de chaleur nécessite en amont une étape de condensation avant de passer au circuit de chauffage. Chez une PAC géothermique, l’extraction de calories est réalisée par des capteurs (verticaux ou horizontaux). Un fluide caloporteur prend le relais pour assurer le transport des calories vers les unités internes, jusqu’aux émetteurs (radiateurs ou planchers).

Cliquez sur ce guide pour obtenir plus de détails sur le fonctionnement et les différents types de pompes à chaleur.

Et si le choix devait reposer sur les conditions d’installation ?

Équipée de capteurs verticaux ou horizontaux, comme mentionnés plus haut, une pompe à chaleur géothermique expose à des conditions d’installation plus complexes. Le recours à un installateur professionnel est obligatoire, car des travaux de forage de 10 à 80 mètres sont à réaliser. Encore faut-il prendre en compte le type de capteurs à enterrer dans le sol. Une importante surface de terrain est requise pour l’installation, soit jusqu’à 2 fois supérieure à celle de la maison. Des paramètres géologiques sont à considérer pour voir si la propriété est adaptée à une PAC géothermique. Le maire de la localité doit être consulté pour l’obtention d’une autorisation, notamment pour la pose de capteurs verticaux.

La PAC à système air-eau, elle, offre plus de facilité dans la démarche de pose. L’installation peut être réalisée dans différents types d’habitation (appartement avec balcons, maison individuelle) en tant que remplacement d’un ancien dispositif de chauffage. Pour une meilleure diffusion de chaleur, il suffira d’installer un chauffage central adapté au modèle de PAC air-eau choisi (basse ou haute température).

Quelle est la solution de chauffage la plus intéressante en termes de coûts ?

Grâce à leurs atouts écologiques, les PAC air-eau et géothermiques consomment beaucoup moins d’électricité par rapport à une chaudière traditionnelle. Les deux permettent d’amortir un investissement dès les deux premières années d’utilisation.